Avec ce blog, notre objectif est d'approfondir et d'explorer l'univers du revêtement de sol à 360 degrés, car sa complexité et son charme, faits de technologie, de facture artisanale, de design, de créativité et de tant d'autres choses encore, ne laisse jamais de nous surprendre… et nous savons déjà qu'il ne manquera pas de vous étonner vous aussi.

A BRAND NEW MIRAGE BOOTH AT CERSAIE: 2015 INTERVIEW TO GIACOMO FERRARI

vendredi 25 septembre 2015
Andrea Bonacini
écrit par
Andrea Bonacini

Je m'appelle Giacomo, j'ai 29 ans et je suis architecte. Dès mon enfance, j'ai toujours nourri une passion irrésistible pour la représentation et la construction de mes idées, passant très rapidement du dessin au feutre aux clous dans le bois. Après mes études à l'Institut d'Art où j'ai appris de nouvelles techniques fondamentales pour ma profession, comme le modelage de l'argile, le dessin d'après nature, l'utilisation du logiciel Photoshop et le CAO, j'ai poursuivi ma formation à la faculté d'architecture de Ferrare où je me suis diplômé en 2009 en soutenant une thèse en design industriel, avec le professeur Giuseppe Mincolelli. Mon activité professionnelle, commencée pendant mes d'études, a continué grâce à plusieurs collaborations avec des bureaux de design industriel et d'architecture ; Lineaguida - Florence, Arcodesign - Campogalliano, Dlea - Milano Marittima, Prospazio - Sassuolo.

Exploitant les connaissances acquises au cours de ces premières expériences, j'ai pu ouvrir le bureau Giacomo Ferrari Architetto (www.giacomoferrariarchitetto.com) avec le soutien de l'architecte Marta Mazzolani. Durant ces années-là, nous avons eu de grandes satisfactions en développant des concepts de décoration d'intérieur et des projets de conception de stands d’exposition pour nombre d'entreprises de renom telles que : Grandsoleil, Panerai, Cappellini Cucine, System spa, Brandoli Artwork et Mirage Granito Ceramico spa. En collaboration avec le bureau Archilinea, nous avons développé le concept architectonique pour le bâtiment de bureaux de Ceramica Panaria, à Finale Emilia, et le projet du stand 2013 et 2014 de GranitiFiandre. Depuis 2014, nous développons des concepts de design industriel de systèmes domotiques pour la société modénaise Mind srl.

Au cours de ces dernières années, j'ai déposé deux brevets italiens et trois certificats d'utilité pour des produits de Packaging Design et des systèmes de fixage pour produits céramiques de 20 mm d'épaisseur. Ces projets m'ont permis de recevoir plusieurs récompenses, dont une bourse d'étude et la publication sur Wired 08/2010 dans la section « Italian Valley » du projet Packdesign.


GIACOMO, PARLEZ-NOUS DU NOUVEAU STAND MIRAGE AU CERSAIE : QUELLES SONT LES NOUVEAUTES LES PLUS IMPORTANTES ?

Les visiteurs auront l'impression d'entrer dans un atelier de la matière.

Le nouveau stand sera plus organique et plus dynamique que par le passé, avec une rupture aussi bien physique que théorique. En effet, le nouveau système d'exposition que nous avons imaginé brise les volumes et les superpose, pour permettre à la matière de se montrer sous différents angles d'éclairage et d'être perçue non plus seulement comme surface plate mais aussi comme volume.
Il est organique parce qu'il est très facile de reconnaître et de comprendre l'idée maîtresse qui l'a inspiré, grâce à une sorte de zonisation dont les espaces sont différents mais perméables. Avant, le projet avait un plan régulier mais était composé d'espaces plus labyrinthiques. Cette année, il est caractérisé par des lignes obliques et des vues en perspective. Au final, le stand est plus accueillant et plus invitant dès qu'on y accède. 
 

QUELLE EST LA PHILOSOPHIE QUI EST A LA BASE, ET QUE DEVONS-NOUS NOUS ATTENDRE DU NOUVEAU « CONTENEUR » DE CETTE ENTREPRISE AU CERSAIE ?

L’idée de base à partir de laquelle se sont construits tous les raisonnements pour imaginer le plan du stand de 20x20 m, est la diagonale.

Les quatre différentes zones du stand, c'est-à-dire l'espace collections sur catalogue, l'espace collections en cours de lancement, l'espace evo 2/e et l'espace ingénierie, sont bien différenciées les unes des autres et bien caractérisées, mais la connexion entre elles n'en est pas moins fluide et cohérente, pour proposer au visiteur un parcours efficace, simple et stimulant.

Le projet  a été conçu en partant de ces lignes directrices, dans un esprit d'utilité pratique alliée à la volonté de créer des espaces obtenus en négatif dans la matière, en exploitant les lignes obliques et brisées qui sont à la base de la subdivision des espaces et sous-entendent la nature matiériste de la société. En effet, le matériel d'exposition entoure les surfaces sur toute la hauteur et les modèle sur la base de volumes à facettes.

Le but est d'attirer le regard du spectateur et d'éveiller en lui une émotion en laissant parler la matière.
 

SI VOUS DEVIEZ N'EN CHOISIR QU'UNE, QUELLE SERAIT LA VUE QUI VOUS PLAIT LE PLUS DU NOUVEAU STAND MIRAGE ET POURQUOI ?
La diagonale du carré sur laquelle est fondé le plan du stand est à l'origine de la subdivision des espaces de chaque zone du projet et en tant que telle, elle devient aussi le parcours ayant le plus d'ampleur puisqu'elle permet de relier toutes les zones tout en offrant de nombreuses vues et perspectives.

Aux extrémités de cette diagonale se trouvent les zones « collections en cours de lancement » et « jardin evo 2/e ». La première est le point de départ et présente une surface verticale particulièrement développée, grâce à laquelle il est possible d'admirer les nouveaux produits ; la deuxième est un véritable point d'arrivée culminant dans la mise en scène du jardin, avec un décor urbain et des installations verticales.
Je crois que la meilleure vue du stand, c'est justement ce parcours qu'il offre, puisque dès l'entrée, il se fraye un passage perceptible dans sa totalité.
 

RESTILE A ETE POUR VOUS UNE VITRINE IMPORTANTE, QUI VOUS A PERMIS D'ENTRER EN CONTACT AVEC MIRAGE ET LA DIMENSION CERAMIQUE EN GENERAL. QUELLES IDEES AVIEZ-VOUS DE CET UNIVERS, EN TANT QU'« OUTSIDER » EN LA MATIERE, ET COMMENT CERTAINES ONT-ELLES ETE CONFIRMEES OU INFIRMEES, MAINTENANT QUE VOUS ETES DEVENU UN « INSIDER » ?

Chez Mirage, j'ai trouvé une équipe dynamique, disposée à croire en de jeunes architectes comme Marta et moi, et à investir en leurs compétences.  Nous sommes très satisfaits, surtout si l'on pense que tout a démarré par notre participation à un concours lancé par Mirage. Une initiative intéressante qui s'adresse aux jeunes qui n'ont pas toujours la chance de pouvoir se présenter et de sortir du lot. C'est une opportunité qui nous a conduits à une collaboration qui dure depuis plus d'un an désormais.

Je peux affirmer que l'élément de connexion qui nous a permis d'entrer dans l'univers Mirage a été la tradition paysanne. En effet, quand j'ai décidé de participer à Restile, j'étais en train de travailler à la restauration d'une maison de campagne et les idées que j'ai mises dans le projet du concours sont nées en mon esprit au fur et à mesure que j'élaborais des techniques de construction adoptées dans les granges aux ouvertures type moucharabieh. Après plus d'un an, je me retrouve à finir justement ce chantier avec des produits céramiques que j'ai pu connaître et apprécier chez Mirage.

Avant que naisse cette intense collaboration, pour moi, le produit céramique n'était qu'une finition à définir avec le client vers la fin des travaux. Aujourd'hui au contraire, j'en apprécie le potentiel et l'évolution par rapport aux produits du passé. En tant que concepteur, j'ai fait en sorte que la matière céramique ne soit pas seulement un revêtement plat, mais un volume et une forme. Je croyais que la céramique était une matière aux possibilités d'évolution plutôt limitées, et voilà que je découvre une vaste gamme de formats et d'épaisseurs et les options de découpe à hydrojet. Les contextes d'application qu'il est possible de développer, du point de vue conceptuel, sont infinis.