Avec ce blog, notre objectif est d'approfondir et d'explorer l'univers du revêtement de sol à 360 degrés, car sa complexité et son charme, faits de technologie, de facture artisanale, de design, de créativité et de tant d'autres choses encore, ne laisse jamais de nous surprendre… et nous savons déjà qu'il ne manquera pas de vous étonner vous aussi.

Une complexité record. Conversation avec Francesco Bollani

jeudi 16 juin 2016
Marketing Mirage
écrit par
Marketing Mirage

Sur une partie de l’aire de l’ancien établissement Alfa Romeo d’Arese a été inauguré le centre commercial appelé “Il Centro”. Il ne s’agit pas seulement de l’un des espaces commerciaux les plus grands d’Europe, mais aussi d’un véritable édifice iconique qui s’inspire de grandes œuvres internationales et qui s’articule autour d’un parcours unique caractérisé par des places et des lieux de partage.

L’architecte Francesco Bollani, l’un des porteurs du projet leader et co-titulaire de Sviluppo Arese, s’est occupé de la conception urbanistique et de la direction des travaux de cet imposant projet.

Dans cette courte interview, il nous raconte les phases les plus significatives et intéressantes de ce défi, dans le cadre duquel Mirage a été le fournisseur des revêtements de sol.

 

Nous souhaiterions commencer cette interview en commençant par l’un des aspects qui attise le plus notre curiosité: que signifie gérer un projet de ce calibre, de sa genèse à son inauguration en termes de gestion de la complexité ?

La complexité d’un projet de ce calibre est déterminée essentiellement par la durée totale de sa réalisation, à savoir 4 ans à compter de la première élaboration jusqu’à l’inauguration. Durant cette période, la complexité réelle a été engendrée par les modifications nécessaires en cours d’ouvrage, les idées et les situations qui ont parfois complètement bouleversé le concept établi au départ.

Un exemple a été le choix de votre matériau: dans le premier projet était prévue l’application du porphyre, remplacé ensuite par le marbre, puis par le bois et enfin par le grès cérame d’une épaisseur de 10 mm. Ce n’est qu’une année avant l’ouverture du centre commercial qu’a été choisi de manière définitive le grès cérame Mirage d’une épaisseur de 20 mm.

Ainsi, pour répondre à votre question, la véritable complexité dans l’approche de ce type de projet est l’absorption des changements apparus en cours d’ouvrage, qui requièrent obligatoirement une nouvelle conception et une nouvelle organisation qui concernent le projet dans son ensemble.

 

En restant dans le cadre de la conception, de quelle manière le plan d’un centre commercial est-il influencé par les tendances stylistiques du moment?

Il n’en subit généralement pas l’influence ou, tout au moins, dans notre cas. Ce projet a plutôt été influencé par des innovations d’approche, c’est-à-dire par la conception d’un nouveau type de centre commercial comme un espace à vivre.

Arese, à la différence d’espaces similaires, a été développé comme une structure novatrice: un espace extérieur imposant à partir duquel il est possible d’accéder, d’une part, au très vaste couloir interne, une véritable rue et, d’autre part, aux places qui caractérisent la structure et qui constituent, à tous les effets, des lieux d’agrégation.

Toutes ces innovations ont conduit les consommateurs à “vivre” les espaces du centre commercial beaucoup plus longtemps par rapport à des aires similaires avec, par conséquent, un effet d’incitation supérieur. Donc, pour revenir à la question, la tendance nous l’avons créée, pas subie. D’ailleurs beaucoup de centres commerciaux européens en construction sont en train de s’adapter à nos standards suite aux innovations apportées et au succès rencontré.

 

Y a-t-il eu des moments particulièrement compliqués lors de la phase de réalisation? Un moment où les problèmes semblaient impossibles à résoudre?

Les problèmes les plus importants se manifestent généralement de 60 à 90 jours avant l’inauguration. Habituellement, la date d’inauguration d’une structure comme un centre commercial est définie environ 3 ans plus tôt sur le papier, tandis que le calendrier des travaux est établi à partir de cette dernière, à rebours.

Mais ce n’est que 90 jours avant, le temps nécessaire en moyenne pour aménager chacun des points de vente, que peuvent se manifester les problèmes les plus importants et pressants à même aussi d’entraîner le report de l’inauguration de la structure.

Une inauguration avec les magasins encore fermés confèrerait une mauvaise image à la nouvelle structure.

 

En jetant un regard sur le projet, ce sont les chiffres vraiment incroyables qui nous frappent le plus. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

Effectivement, les nombres auxquels ce projet a donné naissance sont incroyables. La surface totale impliquée avoisine les 400 000 m2, avec une surface couverte de 80 000 m2 et la présence de plus de 200 points de vente. L’installation photovoltaïque réalisée produit 1,5 mégawatts qui suffisent pour satisfaire les besoins énergétiques de l’ensemble de la structure.

La contribution de Mirage dans ce projet s’est concrétisée par une fourniture qui dépasse les 60 000 m2. Si nous alignions les dalles en grés cérame utilisées, nous réussirions à couvrir la distance qui sépare votre siège de Pavullo de Milan, juste pour vous faire une idée.

N’oublions d’ailleurs pas que le shopping centre d’Arese, en héritant de l’emplacement de l’établissement historique d’Alfa Romeo, est entièrement autosuffisant et n’est lié à aucun service externe. La centrale électrique interne permet à la structure de se fournir de manière autonome tout comme une production d’eau potable est possible, et cela même sans dépurateur spécifique.

 

J’imagine que cette structure est à l’avant-garde des standards écologiques. Avez-vous obtenu des certifications à ce sujet ?

Bien sûr. Le centre commercial d’Arese est l’un des rares édifices commerciaux de ces dimensions sur le point d’obtenir la certification Leed Gold, qui atteste un impact environnemental très réduit et qui en accroît, entre autre, la valeur immobilière ce qui, sur des édifices de cette nature, constitue une caractéristique très importante.

 

En revenant aux matériaux utilisés, pourquoi avez-vous opté pour les dalles Mirage de 20 mm d’épaisseur ?

Concernant le choix du revêtement de sol, nous avions besoin d’évaluer des matériaux présentant une massivité importante et une facilité d’entretien (notamment avec un degré d’absorption réduit) alliées à un format relativement grand. Le grès cérame Mirage de 20 mm d’épaisseur reflétait pleinement ces caractéristiques et son utilisation nous a permis d’obtenir immédiatement un avantage pendant les travaux de réalisation de l’ouvrage : les gros camions et les poids lourds ont pu circuler librement au cours de toutes les phases de réalisation, sans nécessiter de protection pour les matériaux. Éviter, en cours de chantier, de devoir couvrir et protéger de manière adaptée les sols nous a permis d’économiser plus de 400 000 €.

Une limitation des coûts qui se poursuivra dans le temps dans la mesure où le grès cérame de 20 mm d’épaisseur nous garantit à la fois une résistance et une charge de rupture adaptée concernant les machines qui seront utilisées lors des processus d’entretien des plafonds et de la structure. La phase de gestion est, elle aussi, tout aussi complexe et prévoit l’utilisation de poids lourds ; une raison qui nous a conduits à éliminer, dès le début, l’utilisation de matériaux tels que le parquet ou les grès cérames d’une épaisseur traditionnelle, sans oublier les entretiens normalement nécessaires pour les sols en marbre naturel ou en bois qui requièrent, au fil du temps, des interventions de lustrage et d’application de produits protecteurs.

 

À la fin de chaque projet, l’on se doit d’observer les résultats pour pouvoir en décréter le réel succès et, pour un centre commercial, une donnée essentielle reste l’affluence. De ce point de vue, le centre commercial d’Arese peut-il être considéré un succès ?

Bien évidemment, seul le temps pourra l’affirmer avec une plus grande certitude. Mais, personnellement, je crois vraiment que oui. Après le jour de l’inauguration, où l’affluence moyenne a été d’environ 100 000 personnes, le centre commercial s’est régulé sur d’excellents niveaux : les pics ont été atteints le samedi et le dimanche avec une moyenne de plus de 65 000 personnes. Les autres jours de la semaine ont accueilli environ 45 000 personnes, à la grande satisfaction des commerçants. Un excellent résultat, donc.