Avec ce blog, notre objectif est d'approfondir et d'explorer l'univers du revêtement de sol à 360 degrés, car sa complexité et son charme, faits de technologie, de facture artisanale, de design, de créativité et de tant d'autres choses encore, ne laisse jamais de nous surprendre… et nous savons déjà qu'il ne manquera pas de vous étonner vous aussi.

Xgone: endless possibilities

jeudi 10 septembre 2015
Sara Bertolotti
écrit par
Sara Bertolotti

Le cabinet Deferrari+Modesti, fondé par Javier Deferrari et Lavinia Modesti naît en 2010 à Florence. Il s’agit d’un cabinet de conception multidisciplinaire qui s’occupe d’architecture, d’intérieurs, d’aménagements et de design industriel.

Plusieurs de leurs travaux ont été publiés sur les principales revues du secteur.

Lavinia Modesti (1979) obtient son diplôme universitaire d’architecture à la Faculté d’Architecture de Florence en soutenant un mémoire sur les chaises pliantes, avec Enzo Mari en qualité de superviseur externe. Son activité professionnelle débute ainsi, en travaillant à Milan en tant qu’assistante de ce dernier et en collaborant à des projets pour les éléments d’ameublement, les composants pour bureaux et les multiples d’œuvres d’art. Son expérience se poursuit à travers une collaboration avec le cabinet Actar-Arquitectura de Barcelone, puis de nouveau à Milan avec le cabinet Caruso-Mainardi et enfin avec le cabinet Boeri.

Javier Deferrari (1978) commence ses études d’architecture à l’Universidad de Buenos Aires. Il se transfert à Milan en 2002 où, plus tard, il obtient son diplôme à l’École Polytechnique. En 2006, après une expérience en Afrique du Sud, il débute une collaboration avec RRC Architetti de Milan, en développant des projets résidentiels en Italie et à l’étranger. En 2008, il commence à collaborer avec le cabinet de Stefano Boeri qui le conduira à La Maddalena dans le projet de requalification de l’ancien arsenal militaire.

 

PARLEZ-NOUS DE VOUS : QUI ETES-VOUS, POURQUOI ET COMMENT VOUS ETES-VOUS RAPPROCHES DU MONDE DE L’ARCHITECTURE ?

L’idée du cabinet est née à Milan alors que nous collaborions avec le cabinet de Stefano Boeri. Puis elle s’est développée et concrétisée à Florence où a vu le jour DEFERRARI+MODESTI. Un cabinet multidisciplinaire qui a comme objectif une recherche personnelle qui concerne différents domaines et qui nous a permis de développer des projets d’architecture, d’aménagement, d’intérieurs et de design.

Nous sommes nés et avons grandi dans deux continents différents, chacun avec un bagage culturel propre. Nous avons ensuite vécu des expériences professionnelles très distantes les unes des autres. Cela nous permet d’être complémentaires, tout en apportant chacun une approche, une vision et des connaissances bien personnelles dans le développement du projet.

Lavinia obtient en effet son diplôme universitaire d’architecture à la Faculté d’Architecture de Florence en soutenant un mémoire sur les chaises pliantes, avec Enzo Mari en qualité de superviseur externe. Son activité professionnelle débute ainsi, en travaillant à Milan en tant qu’assistante de ce dernier et en collaborant à des projets pour les éléments d’ameublement, les composants pour bureaux et les multiples d’œuvres d’art. Son expérience se poursuit à travers une collaboration avec le cabinet Actar-Arquitectura de Barcelone, puis de nouveau à Milan avec le cabinet Caruso-Mainardi et enfin avec le cabinet Boeri.

Javier commence ses études d’architecture à l’Universidad de Buenos Aires. Il se transfert à Milan en 2002 où, plus tard, il obtient son diplôme à l’École Polytechnique. En 2006, après une expérience en Afrique du Sud, il débute une collaboration avec RRC Architetti de Milan, en développant des projets résidentiels en Italie et à l’étranger. En 2008, il commence à collaborer avec le cabinet de Stefano Boeri qui le conduira à La Maddalena pour œuvrer au projet de requalification de l’ancien arsenal militaire.
 

ESTIMEZ-VOUS AVOIR UN STYLE SPECIFIQUE ?

Non, nous n’estimons pas avoir un style, mais une approche qui se reflète dans un langage commun à tous nos projets.
 

QUELLES SONT VOS REFERENCES DANS LE MONDE DE L’ARCHITECTURE ET DU DESIGN ?

Nos références sont multiples. Nous regardons avec attention et passion le travail aussi bien des maîtres du passé que de nos collègues actuels. Prouvé, Eames, Scarpa, Albini, Sottsass, Mari, pour n’en citer que quelques-uns, mais aussi Morrison, Bouroullec, Grcic, etc… Nous étudions le travail de nombreux concepteurs, nous observons les solutions qu’ils ont trouvées au fur et à mesure, le langage adopté et la forme obtenue à la fin d’un long processus. Et nous n’aimons pas seulement les œuvres de certains d’entre eux, mais aussi leur pensée, leur approche conceptuelle, leur vision du monde et leur l’humanité. Enzo Mari est sans l’ombre d’un doute l’une de nos références.
 

COMMENT EVALUEZ-VOUS L’ARCHITECTURE ET LE DESIGN D’AUJOURD’HUI ?

Nous pensons qu’il est impossible de pouvoir exprimer une évaluation générale de l’architecture et du design d’aujourd’hui dans la mesure où les résultats obtenus dans ces deux domaines sont très nombreux et différents. Nous regardons avec intérêt les projets qui répondent à l’exigence pour laquelle ils ont été conçus, qui ne s’imposent pas aux travers d’autres formes s’éloignant de ce but, qui répondent à une idée d’équilibre et de beauté et qui sont porteurs de signification.
 

COMMENT RECUEILLEZ-VOUS VOS INSPIRATIONS ?

Les sources de nos inspirations sont variées. Nous prêtons notre attention au monde de l’art, nous puisons dans nos expériences acquises durant nos voyages, dans l’étude des maîtres de l’architecture et du design, mais souvent aussi dans l’observation de notre quotidien.
 

INTERNET EST DEVENU UN INSTRUMENT FONDAMENTAL, DANS LE DOMAINE PROFESSIONNEL EGALEMENT. DANS QUELLE MESURE L’EST-IL AUSSI POUR LE MONDE DE L’ARCHITECTURE ?

Internet est une source inexorable d’informations, de connaissances et de stimulus mais il doit être utilisé, comme tous les instruments, avec conscience. Autrement, il peut conduire à un processus d’homologation et d’aplatissement des contenus. 

XGONE : COMMENT EST NEE L’IDEE DE CE PROJET ET QUEL TYPE DE DEVELOPPEMENT A-T-IL CONNU ?

Mon grand-père était sculpteur céramiste, c’est pourquoi j’ai toujours été fascinée par ce matériau aussi versatile, aux mille utilisations dans les domaines du design et de l’architecture. Lorsque nous avons lu l’avis de concours, nous avons aussitôt décidé de participer en développant un système d’éléments qui, une fois associés, interromprait le caractère « sériel » des briques. La recherche d’un module créant des résultats variables et composites est un thème récurrent dans nos projets. La forme hexagonale a été décomposée et recomposée, en déterminant un abaque de formes qui permet des compositions régulières ou totalement aléatoires. Le projet a connu un excellent développement étant donné que Mirage a décidé de l’insérer dans sa collection et de le présenter au Cersaie 2014.
 

QUELS MOTIFS ONT INSPIRE LE PROJET ?

Xgone naît de l’idée de réaliser une collection céramique riche et multicolore dont la caractéristique est l’élimination de la perception de l’élément individuel ou de la répétition en série de modules en faveur de la possibilité de réaliser des surfaces avec un dessin présentant d’infinies possibilités dans la composition et dans les couleurs. Un processus de composition qui, en partant de modules élémentaires, peut développer d’innombrables combinaisons, créant ainsi des impacts visuels toujours différents. 

COMMENT S’EST INSERE VOTRE TRAVAIL DANS LE CONTEXTE ET DANS LE RAPPORT AVEC UNE ENTREPRISE CERAMIQUE ?

Notre méthode de travail se caractérise par un dialogue continu avec le client en affrontant et en développant chaque aspect du projet, de la phase de conception à celle de réalisation. Il a donc été pour nous très intéressant de pouvoir collaborer avec une entreprise comme Mirage, être en contact et pouvoir participer à toutes les phases de la production céramique et à toutes les problématiques inhérentes.
 

QUELLES SONT VOS ATTENTES POUR L’AVENIR ?

Nos attentes sont de pouvoir continuer notre recherche et de développer de nouvelles et intéressantes collaborations dans différents domaines comme nous avons pu le faire jusqu’à maintenant. Nous aimerions notamment travailler avec l’industrie, développer d’autres produits aussi bien dans le secteur des revêtements que des composants d’ameublement. Le processus industriel nous intéresse en effet beaucoup, vu comme production à grande échelle, avec une approche artisanale, typique de l’industrie italienne.
 

PLUS EN GENERAL, QUELS SONT VOS REVES, VOS ASPIRATIONS ET VOS PROJETS ?

… Difficile de les résumer… Les rêves, les projets et les aspirations sont si nombreux… Nous espérons les réaliser avec passion et énergie. Nous souhaiterions continuer à renforcer et à développer notre cabinet, avoir la possibilité de développer des projets qui nous intéressent, avoir la capacité de réussir à créer des espaces où les personnes puissent se sentir bien et des produits qui interceptent leurs besoins.