26 mars 2015

Concours Restile, les gagnants

Cette année, nombreux sont ceux qui ont participé à la deuxième édition de Restile, le concours ayant pour but de trouver de nouvelles clefs de lecture du matériau céramique. En effet, les chiffres et les interactions dans les espaces numériques confirment le succès et l'enthousiasme qu'il a suscités : plus de 200 projets reçus, environ 24 000 visites du site qui lui était consacré, sans compter près de 350 000 visualisations des posts qui en parlaient.

Il s'agit là d'une véritable initiative d'externalisation ouverte (crowdsourcing) créative, parvenue aujourd'hui à sa dernière étape où seront choisis les 3 gagnants.
Les concepts céramiques qui ont conquis le jury composé de professionnels de renommée internationale, de professeurs de l'École Polytechnique de Milan et du conseil d'administration, sont ceux de :

Gianluca Carraro (Italia)
Son projet, intitulé SHASHIKO, s'inspire d'une technique orientale de broderie appartenant à la tradition japonaise et consiste en un carreau portant les traces et le motif d'une poésie composant une céramique à la fois primordiale et sophistiquée.
Première place, les raisons
Pour la remarquable dextérité dans l'art de combiner l'inspiration orientale et le contexte occidental et pour une intéressante capacité de transformation de l’effet tissu appliqué à la matière, par le développement d'une proposition non imitative.

Martina Malomo e Francesca Scipioni (Italia)
LAMERAI est un projet basé sur des matières typiquement urbaines, la tôle antidérapante (ou larmée par bossage) et le ciment, pour se concrétiser en un produit à la double surface céramique.
Deuxième place, les raisons
La capacité de réinterpréter la matière en une version métropolitaine avec une solution graphique et matiériste donnant au produit un effet visuel en 3D. Le jury a également apprécié la facilité d'approche de la collection en termes de productivité.

Matteo Cecconi (Italia)
FENIX est un projet dont le nom s'inspire des Phéniciens, premiers connaisseurs de la technique ancestrale qui permettait la réalisation de sols en « cocciopesto ». Le concept va du blanc au noir et propose une mosaïque de tesselles constituant le motif ornemental caractéristique qui produit un effet de continuité du calepinage, donnant au produit posé un effet d'amalgame sans interruptions.
Troisième place, les raisons
Pour avoir proposé des techniques anciennes sous une optique industrielle, avec une approche chromatique, une démarche productive et des principes d'application résolument modernes.